SNAPiT

Custom Search 1

SNAP® pour les filles

Vous êtes ici

SNAP pour les filles est un programme d’intervention précoce axé sur la famille pour les filles de 6 à 11 ans qui ont des comportements perturbateurs à la maison, à l’école et dans leur communauté. Les éléments du programme sont semblables à ceux du programme SNAP pour les garçons, mais le programme comprend des différences importantes basées sur la recherche et les pratiques exemplaires pour traiter l’agressivité chez les filles. Dans le programme SNAP pour les filles, par exemple, une plus grande importance est accordée à la communication et à l’établissement de relations.

Le personnel expérimenté et hautement formé de SNAP travaille avec les parents pour évaluer les problèmes ainsi que pour créer et évaluer des plans d’action/de traitement.
 
Généralement, le programme comprend six composants clés :

  • Club SNAP pour les filles – groupe structuré qui se rencontre une fois par semaine pendant 13 semaines pour enseigner aux filles la technique SNAP de maîtrise de soi et des émotions, de réflexion réaliste et de résolution de problèmes.
  • Groupe parallèle SNAP pour les parents (SNAPP) qui enseigne aux parents des stratégies efficaces d’éducation des enfants.
  • Filles qui grandissent en santé – généralement offert après avoir complété le programme SNAP. Ce groupe aidant-fille vise à renforcer cette relation essentielle à l’âge critique de la préadolescence, ainsi qu’à aborder les problèmes reliés au développement physique et à l’entretien de relations saines.  
  • Counseling aux familles fondé sur SNAPP (SNAP pour les parents).
  • Counseling/mentorat personnalisé pour les filles qui ont besoin d’aide supplémentaire.
  • Aide scolaire et soutien aux enseignants pour aider les filles qui ont des problèmes de comportement et/ou dont la performance scolaire est en dessous des attentes de l'année d'études correspondant à leur âge.

À l’adolescence, les filles peuvent choisir de contribuer aux services continus comme le programme SNAP leadership pour les filles, le counseling individuel et familial, le tutorat et l’aide scolaire, la préparation à l’emploi et le référencement externe, au besoin. De plus, un groupe de résolution des problèmes destiné aux parents se réunit plusieurs fois par année afin d’aider ceux qui ont participé au groupe SNAP pour les parents.

Historique du programme SNAP® pour les filles

Au moment de son lancement en 1985, le programme original SNAP consistait en un programme mixte, mais au fur et à mesure que le programme a crû et s’est développé, il est devenu évident que les filles n’en retiraient pas les mêmes avantages que leurs semblables masculins. À cette époque, il existait des lacunes considérables en matière de recherche propre à chaque sexe et de programmes visant l’agressivité chez les filles. Ainsi, Kathryn Levene, directrice clinique de l’ancien Earlscourt Child and Family Centre, aujourd’hui le Child Development Institute, a commencé à étudier les facteurs uniques ayant une incidence sur l’agressivité des filles et les approches de traitement afin de mieux répondre aux besoins précis des filles.

En 1996, SNAP Girls Connection (aujourd’hui SNAP pour les filles) a été lancé. Il est le tout premier programme permanent spécialement conçu pour les filles éprouvant des problèmes de comportement et leurs familles. Élaboré à l’aide du modèle SNAP, le programme incorpore les théories féministes afin de tenir compte des différences entre les sexes. En plus de la fondation théorique du programme sur l’apprentissage social, la maîtrise de soi et la résolution des problèmes, il met également l’accent sur l’établissement de relations et l’attachement mère-fille positif.

Pourquoi cibler les filles?

Les risques et les facteurs de protection uniques féminins qui entraînent les jeunes filles sur une trajectoire négative sont de plus en plus cernés. Le fardeau social et financier imposé par les jeunes filles agressives et antisociales est considérable lorsque l’on tient compte des conséquences immédiates et à long terme :

  • Les risques de violence et de délinquance juvénile peuvent être identifiés tôt dans la vie d’une fille : une période d’incubation de sept ans existe entre l’apparition précoce de problèmes de comportement et leur enracinement à l’adolescence.
  • Les facteurs de risque précoces ont une incidence sur le développement des filles dans des domaines clés : échec scolaire, problèmes de comportement dans plusieurs domaines, mauvaises relations avec leurs mères ou les autres adultes importants et marginalisation sociale.
  • Si elles n’ont pas maîtrisé les principales tâches de développement, ces filles peuvent se diriger vers un chemin douteux qui comporte plusieurs risques :
    • appartenance à des groupes de pairs indésirables et délinquants;
    • comportements délinquants;
    • activité sexuelle précoce et plus grande incidence d’infections transmises sexuellement;
    • détachement de la famille;
    • toxicomanie;
    • absentéisme et décrochage scolaires;
    • dépression;
    • grossesses précoces;
    • mauvaises aptitudes parentales en raison d’une base fragile;
    • âge adulte comportant plusieurs problèmes graves (par ex. : criminalité, relations abusives);
    • chômage.

Pour les filles, les antécédents d’agressivité précoce ont des conséquences considérables à long terme et sur plusieurs générations. Leur fils et leurs filles risquent de devenir la prochaine génération d’enfants souffrant de problèmes de santé et de comportement précoces.

« Lorsque les enfants débutent le traitement, nous voyons la partie ventrale de leur cerveau s’illuminer fortement. Il y a beaucoup d’activité à cet endroit. Après trois mois de traitement, nous constatons une baisse considérable de l’activité chez les enfants pour qui le traitement a été efficace. Ils apprennent à contrôler leurs impulsions et à maîtriser leurs émotions. »

- Marc Lewis, professeur du département de développement humain et de psychologie appliquée, University of Toronto